Jean Racine : Iphigénie (La Comédie-Française / France Culture)

Jean Racine : Iphigénie (La Comédie-Française / France Culture). Portrait de Jean Racine par François de Troy. Diffusion sur France Culture le 12 avril 2020. “Iphigénie” commence dans le silence et la pesanteur de l’aube immobile, progresse dans un crescendo de bruit et de fureur pour culminer dans le fracas du tonnerre, le souffle des vents et la mer qui se déchaîne, réconciliant enfin les hommes avec les éléments. La scène est en Aulide, dans le camp des Grecs, dont la flotte s’apprête à appareiller vers Troie sous la conduite d’Agamemnon, roi de Mycènes, et d’Ulysse, roi d’Ithaque. L’absence de vent rendant ce départ impossible, le devin Calchas fait savoir à Agamemnon que l’oracle a réclamé, pour que les vents se lèvent, le sacrifice d’une “fille du sang d’Hélène”. Iphigénie, fille d’Agamemnon et de Clytemnestre, qui est la sœur d’Hélène, devra être immolée aux dieux. Agamemnon fait donc venir Iphigénie à Aulis, sous le prétexte qu’Achille, son fiancé, veut qu’on célèbre ses noces avant le départ de l’armée. Iphigénie arrive au camp accompagnée de sa mère Clytemnestre et d’Ériphile, une jeune captive qu’Achille a ramenée d’une expédition à Lesbos. Entre-temps, Agamemnon, pris de remords, cherche à gagner du temps contre l’avis d’Ulysse qui, pressé de gagner Troie, lui reproche son manque de fermeté. Pour accomplir la volonté des dieux, Agamemnon veut éloigner Clytemnestre, mais il est trahi par Arcas, son serviteur, qui révèle à Iphigénie et à sa mère le crime qui se prépare. Le roi doit alors affronter la colère et la douleur de Clytemnestre. Il décide de faire évader les deux femmes avec la complicité d’Achille. Mais Ériphile, amoureuse en secret d’Achille, va dénoncer leur projet. Iphigénie se prépare alors au sacrifice, malgré Achille qui est prêt à tout pour la soustraire à la mort. C’est alors qu’on apprend qu’Ériphile, fruit d’un amour clandestin entre Thésée et Hélène, a été nommée à sa naissance Iphigénie par sa mère, et cachée au reste de la Grèce sous le nom d’Ériphile. Pressée de faire un choix, l’armée la désigne comme étant celle que l’on doit immoler. Mais Ériphile devance le sacrificateur et se tue elle-même.
Cette pièce fut représentée pour la première fois à Versailles le 18 août 1674.

Distribution (de la troupe de la Comédie-Française) :

Catherine Salviat (Doris)
Martine Chevallier (Clytemnestre)
Thierry Hancisse (Agamemnon)
Alain Lenglet (Arcas)
Coraly Zahonero (Ériphile)
Christian Gonon (Ulysse)
Jérôme Pouly (Eurybate)
Suliane Brahim (Iphigénie)
Clément Bresson (Achille)
Et de l’académie de la Comédie-Française, Camille Seitz (Ægine)

Musique :

Direction musicale : Miguel Henry au théorbe, accompagné d’Andreas Linos et Thomas de Pierrefeu à la viole de gambe.

Équipe France Culture :

Réalisation : Christophe Hocké
Assistante à la réalisation : Sophie Pierre
Équipe technique : Pierre Monteil, Matthieu Leroux, Baptiste Lesnard
Son : Éric Villenfin, Kevin Delcourt, Nicolas Depasgraff, Philippe Thibaut
Lumière : Titouan Oheix, Maxime Bayol
Régisseur plateau : Farid Melab, Dominique Fournier

France Culture et la Comédie-Française ont entrepris une grande aventure artistique : l’enregistrement en public ou en studio de l’intégrale des tragédies de Racine, c’est-à-dire onze pièces.

Source : France Culture

#JeanRacine #Iphigénie #LaComédieFrançaise #Théâtre #Tragédie #Euripide #Agamemnon #Achille #Ulysse #Clytemnestre #Arcas #Eurybate #Ægine #Ériphile #Sacrifice #GuerreDeTroie #Comédiens #CatherineSalviat #MartineChevallier #ThierryHancisse #AlainLenglet #CoralyZahonero #ChristianGonon #JérômePouly #SulianeBrahim #ClémentBresson #CamilleSeitz #Musique #MiguelHenry #Théorbe #AndreasLinos #ThomasDePierrefeu #VioleDeGambe #Réalisation #ChristopheHocké #FranceCulture "

Ajouter un commentaire

Anti-spam