Sexe et conventions

A priori je suis quelqu’un de bien élevé. À ce titre le sexe s’inscrit dans le cadre d’une convention de couple, à laquelle je peux souscrire avec bonne volonté sans doute. Toutefois, il y a peu d’investissement émotionnel dans mes ébats. Sans doute perméable à une certaine pression culturelle, j'ai tenté quelques variations sans grande révolution sur l’échelle de mon plaisir.

Mon appétit sexuel semble répondre à l’injonction de jouir devenue centrale dans notre culture. Ce qui peut avoir pour effet secondaire un certain ennui à s’y prêter, quand ce n’est pas l’obligation de performance. Plus que le plaisir des sens et l’extase de l’orgasme, peut-être que j'y recherche tout autre chose. À me rassurer sur une certaine normalité, ou à gagner l’admiration de ma partenaire.

J'ai peut-être rangé inconsciemment le sexe du côté de la nécessité, plus que du plaisir. Pour laisser davantage la place à la force impérieuse de mon désir sexuel, de nature pulsionnel, revenir aux sensations. Mettre mon mental au repos, comme les qu’en dira-t-on.
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×