Intelligence relationnelle basée sur l'adaptation

Mettre du liant dans le groupe, rassembler les bonnes volontés, pacifier les ambiances explosives… pas de doute, je sais faire. Diplomate de cœur et de raison, je suis un négociateur subtil et tenace. Si je sais écouter, ce n’est pas tant pour me mettre sur la même longueur d’onde que mess interlocuteurs que pour enregistrer toutes les données qui me permettront de m'intégrer au groupe de mon choix. Je sais écouter, mais je sais aussi me faire entendre, non parce que je parle plus fort que les autres, mais parce que j'utilise les arguments qui produiront, autour de moi, le meilleur consensus. Doté d’un véritable esprit d’équipe – voire de clan –, je ne m'épanouis vraiment que dans le collectif. Dévoué, idéaliste, enthousiaste et loyal dès lors qu’il s’agit de faire corps pour affronter les difficultés ou pour atteindre ensemble un objectif collectif, je perds en revanche tout mon allant, ma motivation et ma joie de vivre si je me sens exclu.

Les pistes à explorer : pour garder le sens du collectif sans en être (trop) dépendant, il me faudrait travailler l’autonomie, la capacité à passer du « nous » au « je » sans souffrance. Peut-être mon besoin d’intégration provient-il d’anciennes séparations douloureuses ou de la nécessité d’avoir dû me suradapter pour conserver ou pour susciter l’amour… Quoi qu’il en soit, c’est en faisant régulièrement l’expérience d’une solitude sereine et riche (activités artistiques ou sportives individuelles) ou en apprenant à assumer un choix qui n’est pas forcément validé par les autres (en continuant à fréquenter cet ami que mon conjoint n’aime pas beaucoup…) que je pourrai goûter aux joies de la singularité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×